Mon avis est ce qu’il est - Olivier McCartney
Olivier McCartney

Enfant de la campagne, mon arrivée à Montréal m’a donné le goût de parler de ce mode de vie d’ancien campagnard déposant ses pénates à Montréal. Car oui, c’est bien différent! Vous me lirez donc – à tous les jours ou presque - échanger sur ma vie au quotidien avec humour et sarcasme: un trait de caractère fort important chez moi. Bienvenue!

Mon avis est ce qu’il est

Mon avis est ce qu’il est - Olivier McCartney

On m’a toujours dit que j’étais vieux jeu. Moi, j’ai toujours répondu, peut-être ! C’est vrai, après tout, je peux être en avance dans certains domaines, et pas vous. Comme vous pourriez l’être vous-même, dans certains domaines, et sûrement pas moi. Cependant, il est intéressant de chercher à comprendre pourquoi certaines personnes sont aptes à admettre certaines choses, et pas d’autres. Pourquoi sommes-nous ouverts dans un domaine précis, qui paraîtra toujours hermétique à d’autres. Avons-nous le droit de dire qui est en retard, et qui est en avance. Tout ceci est basé sur le principe que, si l’on ne fait pas certaines choses comme la plupart, ou si nous n’acceptons pas ce que certains appellent une évolution normale des choses dans la société, nous soyons considérés comme des dégénérés en partance directe pour la dégradation mentale. Cela peut paraître brut ce que je dis, ou alors abusif, et pourtant, regardez bien pendant ces dernières années comment on vous a permis d’assimiler certaines choses, sans que vous vous posiez certaines questions que je dirais, cruciales, pendant qu’entre-temps, il vous a été admis de faire barrage sur des sujets qui ne méritent aucunement de s’y arrêter.

J’avais fait deux années d’études dans une faculté de médecine. Je quittais après avoir compris que cette branche n’était vraiment pas faite pour moi. Il m’en est resté tout de même, quelques bribes, qu’il m’est possible d’utiliser encore dans ma vie, lorsque je suis dans la situation de voir une personne en difficulté, tant physiquement, que moralement. Il n’empêche que, quand je me surprends à être milieu d’une discussion parlant de certains produits que je sais dangereux, je ne peux m’empêcher de reprendre ce statut de médecin, que je n’ai jamais pris le temps d’avoir, pour affirmer ma désapprobation sur leur utilisation. C’est ce qui m’était arrivé un jour, alors que j’avais eu un rendez-vous arrangé avec une personne travaillant dans un centre de chirurgie esthétique, et où l’on pratique des injections de botox Montreal. Il m’est inadmissible aujourd’hui, et il me sera toujours inadmissible, que l’on puisse utiliser une toxine sécrétée par une bactérie qui d’ordinaire, provoque une paralysie musculaire, pouvant mener jusqu’à la mort. On peut toujours venir me rire sous le nez, ou continuer à me chanter que je fais partie des personnes qui ne sauront jamais être à la page, je resterai sur ce cas, ferme sur ma position, et ne pense pas qu’il sera possible un jour que je change d’avis sur ce sujet. Le ferez-vous vous-même ?