En été, travailler avec mon père - Olivier McCartney
Olivier McCartney

Enfant de la campagne, mon arrivée à Montréal m’a donné le goût de parler de ce mode de vie d’ancien campagnard déposant ses pénates à Montréal. Car oui, c’est bien différent! Vous me lirez donc – à tous les jours ou presque - échanger sur ma vie au quotidien avec humour et sarcasme: un trait de caractère fort important chez moi. Bienvenue!

En été, travailler avec mon père

En été, travailler avec mon père - Olivier McCartney

Ce que j’aime dans ma vie professionnelle et dans ma vie d’étudiant, c’est que les deux sont extrêmement différents. À l’année, je suis à l’université en communication. C’est un programme que j’adore. Je ne sais pas trop ou ça va me mener, mais ça reste un champ d’étude extrêmement passionnant. J’ai d’ailleurs toujours été une personne qui communique beaucoup, c’est donc tout désigné.

À l’année, je me concentre sur mon école, et ne travaille que très peu, voire pas du tout. Ça me permet d’avoir d’excellentes notes, de faire du bénévolat sur des projets en communication qui m’inspirent et que je peux mettre à mon CV. Ça m’aura aussi permis de rencontrer des gens très intéressants.

L’été, je travaille en fou. Je deviens une bête de travail pour mon père qui est entrepreneur général. Et ce rush très physique, je l’adore ! Ce que je fais principalement (comme la température est clémente), c’est du remplacement toiture Granby. Comme mon père travaille majoritairement dans ce coin-là, c’est là où je vis et travaille durant l’été. Je me prends même une petite chambre au-dessus d’un commerce. En fait, ce commerce est un bar. Je travaille beaucoup, mais je me sens en vacances avec ce bar, le party qui est dans la place, la plage pas trop loin en fin de journée. Bizarrement, j’en profiterais plus que si j’étais à Montréal et que je ne travaillais pas. 

En plus, ça me permet de voir vraiment beaucoup mon père et j’adore travailler avec lui ! Parfois, c’est vrai que l’on se chicane un peu, mais c’est une chose normale après tout. Et puis, on se parle un peu fort et on règle ça rapidement. Une bonne bière, et s’est terminé ! Surtout une bière après une grosse journée, il n’y a vraiment rien de mieux.

Vive les emplois étudiants ! Et vous, elle ressemble à quoi votre emploi d’été ? C’est aligné avec votre travail ou pas ?